Archives pour la catégorie politique

togo-entrepreneuriat-jeunes

Entrepreneuriat des jeunes : excellente approche, selon la BAD

L’engagement du gouvernement en faveur de entrepreneuriat des jeunes est remarquable et il faut l’encourager à continuer dans cette voie. Le représentant de la Banque africaine de développement (BAD) au Togo, Serge N’Guessan, n’a pas tarit d’éloges sur les actions menées par les pouvoirs publics pour inciter les jeunes à monter leur business, devenir indépendants et contribuer à créer de l’emploi.

Différents mécanismes permettent d’accorder des financements comme le FAIEJ (Fonds d’appui aux initiatives économiques des jeunes) et le PRADEB (Programme d’appui au développement à la base).

L’entrepreneuriat, c’est un chemin d’avenir pour l’Afrique, celui qui fera du continent une région compétitive’, a déclaré M. N’Guessan.

‘Si au Togo, certains ont décidé d’entreprendre eux-mêmes avec l’appui de l’Etat, c’est à nous tous de les motiver. A ces jeunes, je leur dis, c’est en commençant petit qu’on deviendra grand. Ils doivent tout mettre en œuvre pour être leaders dans leurs domaines. Avec de la volonté, et l’innovation, ils peuvent être compétitifs et la BAD y croit à fond’, a-t-il ajouté.

La BAD compte investir  25 milliards de dollars dans les prochaines années pour accompagner la création d’entreprises par des jeunes.

Le Togo devrait bénéficier d’une partie de cette manne.

http://www.republicoftogo.com

ibk-et-francois-hollande

« De tous les chefs d’Etat français », François Hollande « aura été celui dont le rapport avec l’Afrique aura été le plus sincère et le plus loyal ». C’est ce qu’a déclaré, samedi, Ibrahim Boubacar Keïta (IBK), le président du Mali. C’était à l’occasion du sommet France-Afrique.

François Hollande qui participait à son dernier sommet France-Afrique, s’est montré heureux. Le président français a dit quelques mots.

« Je viens sans doute de vivre la journée la plus importante de ma vie politique » a fait savoir, François Hollande. Selon lui, «la France restera toujours au côté du Mali jusqu’à l’aboutissement du processus de paix. Jusqu’à ce que l’Etat malien puisse avoir son autorité respectée sur l’ensemble du territoire malien».

De l’avis du président français, les terroristes ne contrôlent plus aucun territoire (au Mali), la démocratie a repris son cours. Pour preuve, les élections ont eu lieu, l’économie repart et la réconciliation avec les accords d’Alger est en cours ».

Et de poursuivre : « Ensemble, la France, l’Afrique nous avons été capables de relever des défis et de faire avancer le monde. Ensemble, l’Afrique, la France, nous avons été capables, aux Nations unies, de porter des objectifs de développement durable. L’Afrique, la France, ensemble, nous portons le message d’une réduction des inégalités à l’échelle planétaire».

vincent-meriton-au-27eme-sommet-france-afrique

Seychelles : Vincent Mériton a pris part au Sommet France-Afrique

Une soixantaine de délégations des pays et des organisations multilatérales ont participé à ce Sommet de Bamako « pour le partenariat, la paix et l’émergence ».

Dans son intervention le Vice-Président a mis l’accent sur la démocratie, la bonne gouvernance et l’état de droit comme le socle du développement durable et de la paix et la sécurité. Il a souligné l’importance de l’économie bleue, considérée par l’Union africaine dans son Agenda 2063 comme « l’avenir de l’Afrique » car elle ouvre des perspectives d’une croissance économique écologiquement durable et socialement inclusive. Il a aussi appelé à la mise en application des promesses de la COP21 de Paris et la COP22 de Marrakech dans la lutte contre les changements climatiques.

Le sommet a adopté une déclaration dans laquelle les chefs d’état et de gouvernement affirment leur volonté d’unir davantage leurs efforts pour prévenir et lutter contre toutes les formes de menace à la paix, à la sécurité et à stabilité notamment le terrorisme, le crime transnational organisé, l’insécurité maritime, la radicalisation et l’extrémisme violent.

Au titre du développement et de l’émergence, ils ont convenu d’inscrire leurs actions dans le cadre du Programme d’Action d’Addis Abeba sur le financement du développement, les objectifs du développement durable des Nations-Unies, l’Accord de Paris sur le changement climatique et de l’Agenda 2063 de l’Union africaine.

Face aux défis d’ordre économique, social, humanitaire, environnemental et climatique ils ont réaffirmé leur engagement à intensifier les efforts contre la pauvreté et en faveur d’une croissance économique inclusive et diversifiée.

Le renforcement des systèmes de santé ainsi que des systèmes d’éducation et de formation professionnelle et entrepreneuriale, et le développement des investissements étrangers et du partenariat publique-privé, sont autant de sujets sur lesquelles les participants se sont prononcés. Ils ont appelé à la prise en compte du potentiel de croissance et de transformation économique et sociale que représente l’économique numérique, l’innovation et les énergies renouvelables.

La déclaration reconnait aussi le potentiel de l’économie bleue comme « moteur d’une croissance économique solidaire et soucieuse de l’environnement » et appelle à une coopération accrue dans ce secteur.

En marge du sommet la délégation seychelloise a participé au Forum économique organisé le 13 janvier par le Conseil national du patronat de Mali (CNPM) et le Mouvement des entreprises de France (MEDEF).

Le Vice-Président Mériton était accompagné de M. Alain Volcère, Secrétaire général au bureau du Vice-Président et de l’Ambassadeur Bernard Shamlaye.

bananes-cameroun

Production de banane : Le Cameroun devient premier producteur

Avec une production passée à 278 450 tonnes, le Cameroun déclasse, pour la première fois, la Côte d’Ivoire devenue deuxième avec ses 260 000 tonnes par an.
Avec 278 450 tonnes de banane produites en 2015, le Cameroun devance désormais la Côte d’Ivoire. Il est depuis l’année dernière le premier pays producteur de banane dessert des pays d’Afrique, Caraïbes et Pacifique (ACP).

C’est ce qu’a indiqué la chef de délégation de l’Union européenne (UE) au Cameroun. Françoise Collet a fait cette révélation à la presse, jeudi 1er décembre à Douala, alors qu’elle était en visite de travail dans les régions du Littoral et du Sud. Selon l’ambassadrice de l’UE au Cameroun, c’est donc la première fois que le Cameroun surclasse ainsi la Côte d’Ivoire, qui se contente de la 2è place, avec une production se situant autour de 260 000 tonnes.

Premier fournisseur africain de l’UE pour les bananes (278 450 tonnes en 21015), le Cameroun est aussi le 5è fournisseur mondial derrière l’Equateur (1,36 million de tonnes), la Colombie (1,31 million de tonnes), le Costa Rica (0,95 million de tonnes) et la République Dominicaine (0,32 million de tonnes).

Le Cameroun doit en partie cette performance aux projets que déploie l’UE dans le secteur bananier et dans les infrastructures portuaires du pays depuis quelques années. Françoise Collet, qui a parcouru les régions du Littoral et du Sud, du 30 novembre au 02 décembre 2016, en a profité pour visiter les réalisations desdits projets. Il s’agit notamment du Programme d’appui au plan de modernisation des Douanes (Papmod) et celui des Mesures d’accompagnement bananes (MAB). D’un montant de 38 milliards de FCFA (58 millions d’euros), ces projets, mises en oeuvre dans le cadre de la coopération Cameroun- Union européenne, visent, d’une part, à faciliter les échanges commerciaux entre le Cameroun et ses partenaires par une rationalisation des procédures douanières. Et d’autre part, à accroître la production de la banane, tout en renforçant les chaines relatives à son exportation.

Grâce à ces différents projets financés par l’EU, la production et la productivité se sont, apprendon, nettement améliorées dans le secteur bananier.  » A terme, nous visons une production de 350 000 à 400 000 tonnes de banane au Cameroun. Même si cela ne se fera pas en un seul jour, nous pensons que cela est possible.

Et puis, sur le marché européen, la banane camerounaise a effectué une véritable percée. En Haute-Savoie en France, le kg de banane est vendu à 85 centimes d’euro « , confie Françoise Collet. Le marché européen, qui est le marché le plus important en termes de quantités vendues au monde, est, apprend-on, le plus convoité par les producteurs camerounais et latino- américains.

Trois groupes de producteurs locaux (dont deux privés et un public) dominent aujourd’hui la production de la banane dessert camerounaise. A savoir, Plantations du Haut Penja (PHP), Boh Plantations Limited (BPL) et Cameroon Development Corporation (CDC). Durant sa visite de travail, l’ambassadrice l’UE au Cameroun a conduit des échanges avec les représentants locaux de l’administration, les autorités portuaires et douanières, ainsi que les opérateurs économiques.  » Nous avons remarqué une nette amélioration au niveau des infrastructures (Pénétrante Est), tout comme les travaux de rénovation du Terminal mixte du Port de Douala avancent.

Nous avons eu des entretiens avec le gouverneur du Littoral et les autorités portuaires. Tout comme nous avons échangé avec les représentants des organisations patronales, au sujet de l’entrée en vigueur de l’APE le 04 août 2016. Et selon leurs propres dires, le tsunami tant redouté n’est pas arrivé « , a-t-elle déclaré. Selon le service de communication de l’UE au Cameroun, cette visite de Françoise Collet s’inscrivait dans la mise en oeuvre effective de l’Accord de partenariat économique (APE) entre le Cameroun et l’UE et le renforcement des relations entre le Cameroun et l’UE.

Lakhdar B.,http://lemaghrebdz.com

ONU :António Guterres prête serment en tant que prochain Secrétaire général de l’ONU

Le Secrétaire général désigné de l’ONU, António Guterres, a prêté serment lundi 12 décembre 2016 en tant que prochain Secrétaire général de l’Organisation lors d’une cérémonie à l’Assemblée générale des Nations Unies.

via ONU :António Guterres prête serment en tant que prochain Secrétaire général de l’ONU —

bad-mohamed-el-azizi-bad_afr-du-nord

BAD : Un Marocain à la tête du Bureau de développement pour l’Afrique du Nord

La Banque africaine de développement (BAD) a annoncé lundi la nomination du Marocain Mohamed El Azizi au poste de directeur général du Bureau régional de développement et de prestation de services pour l’Afrique du Nord, à compter du 1er décembre 2016.

«M. Mohamed El Azizi est un dirigeant qui a fait ses preuves et qui a à son actif une vaste expérience des opérations de la banque. Il a dirigé et géré efficacement des projets complexes et de grande envergure de la banque. Il apporte avec lui des années d’expérience acquises dans les secteurs public et privé à travers l’Afrique», a dit le Président de la BAD, Akinwumi Adesina, cité par un communiqué du groupe bancaire. «Le leadership de M. El Azizi, son aptitude à forger des partenariats efficaces et sa connaissance approfondie de la région d’Afrique du Nord constitueront des atouts inestimables pour la banque lorsqu’il dirigera nos activités dans la région», a-t-il souligné.

 Selon le communiqué, la création de ce bureau s’inscrit dans le cadre du nouveau modèle opérationnel de la banque qui vise à accélérer la mise en œuvre des activités de la banque et la réalisation d’impacts sur le développement en Afrique.
zoo-crocodile1

Côte d’Ivoire: 30 agents des eaux et forêts et sapeurs-pompiers en formation pour la capture des crocodiles sauvages

Une trentaine d’agents des Eaux et Forêts, et du Groupement des Sapeurs-Pompiers Militaires (GSPM) sont en formation au Zoo d’Abidjan pour la capture des crocodiles sauvages qui pullulent dans les eaux d’Abidjan et de Yamoussoukro, a constaté l’Agence de Presse Africaine (APA News), mercredi 23 novembre 2016 sur place.

Démarrée le mardi 22 novembre, cette formation assurée par Dr Chirley, expert américain, membre des Spécialistes de l’Union internationale pour la conservation de la nature, se poursuivra jusqu’au samedi 26 novembre.

L’objectif final est de débarrasser les eaux urbaines d’Abidjan et de Yamoussoukro de ces animaux qui commencent à rentrer en conflit avec les hommes.

La formation se déroule en deux phases. L’une qui durera un jour et demi sera consacrée aux crocodiles captifs. D’où les exercices qui se déroulent en ce moment au zoo d’Abidjan. L’autre volet aura lieu en milieu naturel dans la lagune Aby à Adiaké (Sud-Est) de la capitale économique ivoirienne.

Selon, le Commandant Salimata Koné, Directrice de la faune et des ressources cynégétiques au ministère des eaux et forêts, « on a constaté que la population de crocodiles sauvages dans les eaux urbaines d’Abidjan et Yamoussoukro s’est accrue de façon à ce que si on n’y prend garde maintenant, les pertes en vie humaines que l’on a constaté ces derniers temps vont refaire surface ».

C’est pourquoi, ajoute-t-elle « la phase de la mise en pratique de la formation reçue devrait débuter assez tôt, avant la fin de l’année 2016 ». Les bêtes qui ainsi seront capturées, seront introduites dans des forêts classées ou aires protégées.

Pour les pensionnaires à cette formation, les choses se déroulent bien, quand bien même « au départ, ce n’était pas facile », reconnait l’un d’entre eux.

PIGFE/ls/APA