Archives pour la catégorie Monde

Afrique : quels programmes américains d’aide au développement Donald Trump pourrait-il supprimer ?

Commerce (Agoa), santé (Pepfar), énergie (Power Africa Fund)… Les trois anciens présidents américains Bill Clinton, George W. Bush et Barack Obama ont tous lancé leur programme de développement à destination des pays les moins avancés. Mais le tout nouveau locataire de la Maison-Blanche, Donald Trump, menace, lui, de couper dans les budgets.

Tour d’horizon des trois grands plans dont la remise en question pourrait affecter le continent.

Michael Pauron, Jeune Afrique

universite-mohammed-vi

L’université Mohammed VI ouverte sur l’Afrique et le développement durable

L’agriculture, l’eau, l’environnement, les ressources naturelles et la sécurité alimentaire ainsi que l’Afrique figurent en bonne place dans les recherches de l’Université  Mohammed VI Polytechnique inaugurée hier par le roi.

L’université à vocation internationale  est centrée sur la recherche appliquée, l’innovation et l’entreprenariat. Elle mise sur un modèle d’enseignement et de recherche tournés vers l’innovation et l’expérimentation. Ainsi l’université comprend plusieurs sites d’expérimentation, « livings labs », dont un sur l’agriculture, Agri-Tech Platforms (Maroc et Afrique) avec des fermes expérimentales agricoles.  Ces dernières développeront des modèles et des techniques d’assolement et d’utilisation d’engrais innovants et feront des essais de plantations dans des milieux minéraux et biologiques différents.

Le campus universitaire entend devenir une véritable tête de pont entre le Maroc, l’Afrique et le Monde.

L’université Mohammed VI Polytechnique est située à Benguerir, appelée encore la Ville verte, entièrement  nouvelle dont la construction a été lancée en 2009. Le maître d’ouvrage est l’Office chérifien des phosphates (OCP), qui y a érigé  son Centre de compétence industrielle et développé l’université Mohammed VI en partenariat avec des institutions comme l’Ecole des mines de Paris, Sciences Po, Massachusetts Institute of Technology (MIT) aux Etats-Unis ou la Columbia University.

Par Commodafrica

macky-sall-segolene-royal2

Ségolène Royal annonce plusieurs coopérations avec le Sénégal à l’occasion de la visite d’État du Président Macky Sall

A l’occasion de la visite d’État de Macky Sall, Président de la République du Sénégal, Ségolène Royal a signé deux textes en vue du renforcement de la coopération avec ce pays sur des projets concrets.

 -
  • une déclaration d’intention en matière de protection des océans et du littoral, avec M. Mankeur Ndiaye, ministre des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’extérieur ;
  • un accord en matière d’efficacité énergétique et de transition bas-carbone du bâtiment, avec M. Thierno Alassane Sall, ministre de l’Energie et du Développement des énergies renouvelables.

 

Sur l’océan et la protection du littoral :

  • Afin d’améliorer la résilience des territoires face aux aléas naturels et aux effets des changements climatiques, la France mobilisera son expertise dans le cadre du programme sur le risque côtier en Afrique de l’Ouest (West Africa Coastal Area – WACA), lancé en 2015 par la Banque mondiale avec l’installation d’un expert français auprès de la Banque et un appui du Fonds français pour l’environnement mondial à hauteur de 1,5 M d’euros.
  • En appui au projet WACA est lancée une cartographie pour le suivi de l’évolution dynamique du trait de côte au Sénégal et dans le Golfe de Guinée, grâce à des données topographiques et hydrographiques du Service hydrographique et océanographique de la marine (SHOM), et de l’Institut national de l’information géographique et forestière (IGN). Le ministère français de l’Environnement, de l’Energie et de la Mer financera ce projet à hauteur de 800.000 euros.
  • Une action de protection et de sauvegarde des mangroves sera engagée au Sénégal, grâce à un financement de l’Agence française de développement à hauteur de 5M d’euros.
  • La France et le Sénégal collaboreront dans le cadre des réseaux internationaux pour l’étude de la dynamique océanique et la mousson africaine (AMMA), en lien notamment avec le Muséum national d’histoire naturelle qui participe à ces réseaux en mettant en œuvre au Sénégal des capteurs pour l’étude des régions côtières.
  • Ils collaboreront également dans le cadre de l’initiative de Tara Océans pour la connaissance du plancton et l’impact de son évolution sur les activités de pêche.
  • Enfin le Sénégal, qui a passé une loi en janvier 2015 sur l’interdiction des sacs plastique fins, a décidé de rejoindre la coalition internationale sur la lutte contre les sacs plastique présentée à la COP22.

Sur l’efficacité énergétique et la transition bas-carbone dans le bâtiment :

La France et le Sénégal, mobilisés dans le cadre de l’Alliance mondiale pour le bâtiment et la construction, renforceront leur coopération par les actions suivantes :

  • Le Sénégal bénéficiera du programme international d’efficacité énergétique dans le bâtiment (PEEB), lancé lors de la COP22 de Marrakech, et porté en particulier par l’Agence française de développement.
  • Afin de favoriser le développement de filières de matériaux locaux de construction, notamment à base de végétal, le Fonds français pour l’environnement mondial contribuera à hauteur de 1,5 M d’euros au projet « Typha combustible construction Afrique de l’Ouest – Sénégal et Mauritanie (TyCCAO) pour la valorisation du typha comme matériau de construction et combustible en Afrique de l’Ouest ».
  • Des projets de construction architecturale en voûte nubienne seront poursuivis, contribuant à l’atténuation et à l’adaptation dans un contexte de changement climatique exacerbé en région tropicale.
  • Pour contribuer à la mise en œuvre d’un éco-quartier au Sénégal, le ministère français de l’Environnement, de l’Energie et de la Mer contribuera à hauteur de 500.000 euros à un projet de bâtiment bioclimatique, dans le cadre de l’initiative « bâtiments bas-carbone dans les climats chauds et tropicaux ».

En matière d’énergies renouvelables, Ségolène Royal a rappelé l’engagement de la France pour favoriser le succès de l’Initiative africaine pour les énergies renouvelables, lancée à la COP21. Parmi les projets identifiés dans le rapport de la présidente de la COP21 sur cette initiative, plusieurs concernent le Sénégal. La France, à la suite du succès de l’installation de la centrale solaire Senergy 2, d’une puissance de 20 MW en octobre 2016, contribuera au développement de l’énergie solaire et hydraulique au Sénégal dans le cadre de cette initiative.

Ministère de l’Environnement, de l’Énergie et de la Mer (France)