Archives pour la catégorie Economie

Atteinte des ODD : Le Burkina veut valoriser les légumineuses

Après Kongoussi le 10 février 2017, Ouagadougou accueille ce 11 février 2017 la dernière cérémonie de clôture de l’Année internationale des légumineuses 2016. Le ministre de l’agriculture et des aménagements hydrauliques, Jacob Ouédraogo, a saisi l’occasion pour saluer et encourager les délégations, notamment la FAO, les chercheurs, les producteurs et productrices, venues magnifier les légumineuses.

La tenue de la cérémonie de clôture de l’Année internationale des légumineuses au Burkina traduit la volonté des autorités du pays, soutenues par l’Organisation des Nations Unies pour l’agriculture et l’alimentation (FAO), d’encourager la production et la consommation de ces spéculations.

« Je remercie les responsables de la FAO qui ont porté leur choix sur le Burkina pour abriter cet évènement de portée mondiale et crédité notre pays d’une grande confiance pour l’organisation de cette importante cérémonie qu’ils ont en outre largement soutenue », a déclaré le ministre de l’agriculture, Jacob Ouédraogo.

Le but principal de cette cérémonie est de faire face au défi de l’insécurité alimentaire et du changement climatique, d’où le thème « Valorisation des légumineuses dans le cadre des ODD (Objectifs de développement durable) et pour la résilience au changement climatique ».

« Il est avéré que malgré les multiples bienfaits qu’offrent les légumineuses, leur production ne connaît pas le même succès que les céréales telles que le maïs et le riz », a par ailleurs déploré le ministre de l’agriculture.

La Directrice adjointe de la FAO, Maria Helena Semedo (Micro)

Des actions fortes attendues…

Jacob Ouédraogo a reconnu que cela est dû en grande partie aux habitudes alimentaires des populations et de la persistance de certains préjugés défavorables aux légumineuses. L’ultime solution convient donc de chercher à booster la consommation de ces plantes très riches en protéines. Et sans oublier, il faut souligner que la production des légumineuses est généralement réalisée par les couches vulnérables notamment les femmes rurales.

Selon la Directrice adjointe de la FAO, Maria Helena Semedo, il faudrait aussi travailler d’abord à consolider les acquis autour de la filière pour ensuite avancer vers leur amélioration. Ce 11 février, les acteurs se sont accordés à faire l’état des lieux de la filière, identifier ses contraintes et insuffisances et évaluer les besoins en matière de recherche.

Plusieurs activités sont au programme de cette cérémonie de clôture dans la capitale burkinabè : des échanges, la présentation du rapport de l’Année internationale des légumineuses, des projections de vidéos, des exposés, des expositions de mets et produits de légumineuses.

Il est également attendu une déclaration dite « Déclaration de Ouagadougou » et une séance d’entretien entre les responsables de la FAO, le gouvernement burkinabè et des représentants de pays invités.

Noufou KINDO

Burkina 24


Lire aussi ▶ Année Internationale des légumineuses 2016 : Le Burkina Faso à l’honneur

https://burkina24.com/2017/02/10/annee-internationale-des-legumineuses-le-burkina-a-lhonneur/embed/#?secret=1qQ9Fh5Udj

Photos de la cérémonie de clôture de l’Année internationale des légumineuses à Ouaga :

La croissance verte met le Maroc en position forte face à l’évolution du climat

image

LES POINTS MARQUANTS
  • La vision marocaine d’une croissance verte et solidaire repose sur une meilleure gestion des ressources naturelles pour créer davantage d’emplois, de valeur et de bien-être avec les atouts disponibles.
  • La fin des subventions aux combustibles fossiles a favorisé les investissements dans les énergies renouvelables et relancé les programmes de dépenses sociales du gouvernement.
  • Les stratégies déployées dans l’agriculture et la pêche cherchent à tirer le maximum de ressources aquatiques et halieutiques limitées.

Tout près de Marrakech, dans cet environnement semi-aride typique de cette région du Maroc, les figuiers de barbarie, qui servaient jadis à délimiter les parcelles agricoles et à conjurer la faim, renaissent aujourd’hui et donnent un nouveau sens au vieil adage : « l’économie protège du besoin ».

Les fruits que l’on avait l’habitude de jeter une fois la saison passée sont désormais pressés pour faire de la confiture et les graines récupérées par l’industrie cosmétique, qui apprécie cette huile. Surtout, dans cette région où les précipitations, déjà limitées, se raréfient, cette plante grasse sait exploiter la moindre goutte d’eau disponible. Elle contribue par ailleurs à réduire l’érosion, crée un riche écosystème et, mélangée à la paille sous forme de jus, produit du fourrage qui allège les pressions sur les pâturages.

Le développement de la chaîne de valeur de ce cactus n’est que l’un des nombreux programmes et projets en cours pour identifier les gâchis, les inefficacités et les sources de pollution dans le but d’adapter les processus de production ou d’en inventer d’autres et de créer de la valeur avec des produits jusqu’ici peu ou pas valorisés.

Alors que de nombreux pays sont en train d’épuiser leurs ressources naturelles et sont aux prises avec des problèmes exacerbés par le changement climatique, le Maroc montre l’exemple en concevant et adoptant des stratégies de croissance verte dans différents secteurs.

Cette approche est conforme aux Objectifs de développement durable adoptés par les Nations Unies en septembre 2015. Mais l’engagement du Maroc en faveur de la croissance verte est antérieur à cette date. Depuis 2011 en effet, le droit à un environnement sain et un développement durable est inscrit dans la Constitution du royaume. La Banque mondiale a soutenu cette vision, en accordant au Maroc des prêts à l’appui des politiques de développement, en finançant des projets d’investissement et en lui apportant une assistance technique.

« Le droit au développement durable ne veut pas dire protéger l’environnement au détriment de l’économie », souligne Hakima El-Haite, ministre déléguée chargée de l’environnement. « Mais il veut dire être assez sage pour trouver l’équilibre entre le développement économique, l’ascension sociale et la protection de la ressource –pour avoir suffisamment de ressources pour nos enfants et nos petits-enfants. » Cet engagement s’est traduit par un train de réformes complet — depuis les subventions à l’énergie à la gestion des pêches en passant par les plans de zonage côtier ou la réglementation de la pollution — qui a valu au pays des félicitations à la veille de la prochaine conférence sur le climat, à Paris.

« Il est encourageant de constater que, dans tous ces domaines, ces décisions sont le résultat d’une volonté délibérée et de politiques claires de la part des autorités, qui ont su passer de la parole aux actes en mobilisant les ressources nécessaires et en prenant des mesures concrètes », indique Marie Francoise Marie-Nelly, directrice des opérations de la Banque mondiale pour le Maghreb et Malte.


image

Morocco. Flore de Préneuf / World Bank

« Le droit au développement durable ne veut pas dire protéger l’environnement au détriment de l’économie. Mais il veut dire être assez sage pour trouver l’équilibre entre le développement économique, l’ascension sociale et la protection de la ressource –pour avoir suffisamment de ressources pour nos enfants et nos petits-enfants. »

Dr. Hakima El-Haite

Ministre déléguée chargée de l’environnement


image

Morocco. Flore de Préneuf / World Bank

Verdir l’énergie pour économiser davantage

Le changement de politique le plus notoire est sans doute celui qui a conduit à organiser, depuis 2012, le démantèlement progressif des subventions aux combustibles fossiles.

Petites et grandes industries cherchent désormais à produire leur énergie et à faire des économies en récupérant leurs déchets et leurs sous-produits. Selon Said Mouline, à la tête de l’Agence nationale pour le développement des énergies renouvelables et l’efficacité énergétique, les entreprises privées produisent déjà quelque 500 MW d’énergie éolienne pour leur propre consommation. « Cette activité aurait été impossible sans la disparition des subventions », affirme-t-il. « L’économie verte passe par la réglementation. »

À l’échelon national, le secteur de l’énergie s’est radicalement transformé, avec de lourds investissements dans les énergies renouvelables et l’implication manifeste du secteur privé, à travers les producteurs indépendants. Autant de bonnes nouvelles pour l’atténuation du changement climatique comme pour le développement humain et le bien-être des populations. Les économies engendrées par la suppression des subventions à l’essence, au diesel et au fioul lourd ont permis au gouvernement d’augmenter ses dépenses sociales en faveur des pauvres, notamment dans le secteur de la santé et de l’éducation : la part des allocations du Fonds de cohésion sociale, qui finance des programmes de protection sociale, dans les dépenses de l’État a doublé entre 2012 et 2015.

Une agriculture plus résistante et moins gourmande en eau

L’agriculture représente en moyenne 16 % du PIB et emploie environ 40 % de la main-d’œuvre du pays. Le Plan Maroc Vert cherche à renforcer la valeur ajoutée du secteur et à créer des emplois tout en rendant l’agriculture plus durable, plus inclusive et plus résistante.

Cette stratégie nationale prévoit entre autres une aide aux pratiques climato-intelligentes dans l’agriculture pluviale et irriguée.

Pour les exploitants en agriculture pluviale, la technique du semis direct permet de préserver l’humidité du sol et la terre végétale et, en période de sécheresse, elle contribue à stabiliser les rendements céréaliers.

Les exploitants pratiquant l’irrigation tentent, avec les techniques de goutte-à-goutte, de s’adapter aux pressions grandissantes sur les ressources hydriques. Pour Brahim Berjamy, responsable des systèmes d’information et de la communication pour l’Agence du bassin hydraulique du Tensift, « nous devons nous efforcer de gérer la demande afin de prôner une utilisation [de l’eau] plus rationnelle et plus efficace. »

La pêche et l’emploi des générations futures

En mer, l’impact du changement climatique peut prendre différentes formes, comme les migrations observées et attendues de certaines espèces, qui fuient le réchauffement et l’acidification de l’eau ainsi que l’évolution des modèles de circulation des océans. Mais actuellement, le principal frein à la croissance tient aux pratiques de pêche illicite, non déclarée et non réglementée, qui mettent en péril le renouvellement naturel des espèces et les moyens de subsistance de près de 500 000 Marocains.

Conscientes de ce danger, les autorités ont investi dans un certain nombre de dispositifs, dont un système de suivi des navires par satellite, qui impose aux bateaux à partir d’un certain gabarit de s’équiper de balises afin de pouvoir les suivre en temps réel et d’avoir une vraie traçabilité. Les pêcheurs doivent par ailleurs respecter des zones de reproduction de certaines espèces, interdites à la navigation, et appliquer les règles concernant le matériel acceptable et la taille minimale des prises.

D’autres réformes en lien avec la croissance verte cherchent à améliorer la gestion des zones côtières, développer une aquaculture durable en milieu rural (où vivent 70 % des pauvres) et, en préservant le patrimoine naturel, à engendrer des recettes supplémentaires. Le tourisme centré sur la découverte de la nature  fait partie des filières en plein boum dans l’industrie touristique mondiale et pourrait créer des emplois au Maroc et contribuer ainsi à la croissance du pays.

banquemondiale.org

Le Rwanda, destination africaine incontournable

Longtemps marginal, le tourisme au Rwanda est aujourd’hui en pleine expansion. Entre défis à relever et opportunités à saisir, le cap est clairement fixé : devenir une destination africaine incontournable.

A la fin des années 1990, évoquer le pays des Mille Collines comme une destination touristique prisée aurait certainement paru incongru. Le mémoire du Génocide contre les Tutsis, si proche, était encore vivace, et les rares étrangers présents sur place étaient surtout des fonctionnaires internationaux et du personnel des ONG humanitaires.
Première source de devises
Les choses ont depuis bien changé. A la réouverture du Parc national des volcans en 1999, qui abrite une des dernières populations de gorilles de montagne de la planète, seuls 417 …visiteurs furent comptabilisés sur l’ensemble de l’année. Ils sont désormais près de 30ˆ 000 annuellement à se laisser tenter par l’expérience. Idem pour les parcs nationaux de l’Akagera (savane dans l’Est) et de la forêt de Nyungwe (dans le sud du pays). Leur fréquentation a décollé depuis le début des années 2000.
Quant à la progression du nombre total des arrivées dans le pays, elle est à l’image de l’ascension économique rwandaise des dernières années …: impressionnante. De 104 ˆ000 en 2000, les visiteurs sont aujourd’hui plus d’un million à fouler annuellement le sol du pays des Mille Collines (1,2…million en 2015).
Des touristes étrangers bien entendu, mais aussi –…de plus en plus nombreux…– des Rwandais de la diaspora et des hommes d’a›ffaires du monde entier, venus toucher du doigt le miracle économique et investir leurs capitaux dans ce petit pays qui ambitionne de devenir le Singapour d’Afrique. Lionel Mudandi Simbizi, le directeur de Konectors Limited, une entreprise de services de conciergerie, constate ainsi qu’il compte dans sa clientèle «ˆ[…] de plus en plus d’entrepreneurs étrangers et de repats (ceux qui retournent au pays, opposés à expats), […] autant attirés par les perspectives économiques qu’o›ffre le pays que par le haut niveau de sécurité perçuˆ».

Afrique: De quoi la crise autour du Franc CFA est-elle le nom ?


(Crédits : LTA)
A sa création il y a plus de sept décennies, elle désignait le « Franc des Colonies Françaises en Afrique ». Elle a depuis troqué cette appellation pour «Franc de la communauté financière d’Afrique» en zone UEMOA ou «franc de la coopération financière en Afrique centrale» au sein de la CEMAC. Peu importe la signification réelle de l’acronyme FCFA, cette monnaie commune à 14 pays d’Afrique Francophone est devenue le symbole d’une ligne de fracture vivace entre ceux qui souhaitent la conserver au nom de la stabilité, et ceux qui veulent s’en affranchir, y voyant l’ultime avatar d’un néocolonialisme économique. Mais de quoi la crise grandissante autour du Franc CFA est-elle véritablement le nom ?

 

Il n’aura pas échappé à l’observateur que le débat autour du FCFA est en train de cristalliser. Pas une conversation sur l’avenir de l’Afrique Francophone sans que soutiens et détracteurs de la monnaie ne s’écharpent, brandissant tour à tour arguments techniques ou plaidoyers vibrants pour que le continent « mette à la retraite » le CFA, 60 ans après la vague d’indépendances africaines.

 Faut-il « mettre à la retraite » le CFA soixante ans après les indépendances africaines ?

Et depuis trois mois, le débat s’est même internationalisé, un « front anti CFA » trouvant de plus en plus d’écho dans de grandes villes européennes telles Lausanne, Londres ou Paris. La pression est telle que même l’austère patronne du FMI, Christine Lagarde, a du effectuer une rarissime opération de communication de crise en décembre dernier, après que certains de ses propos relatifs à une possible dévaluation de la monnaie en Afrique centrale aient mis le feu aux poudres.

Il faut dire que le sujet a tout pour déchainer les passions. Les détracteurs de la monnaie unique y voient en effet un instrument qui favorise les multinationales européennes et un frein à l’ajustement par les pays de leurs politiques monétaires en fonction de la situation de leurs économies. De même, ils fustigent la gestion d’une part importante des réserves en devises du CFA par la Banque de France, afin de garantir la convertibilité de la monnaie. Pour eux, à l’instar du sénégalais Felwine Sarr, un régime de change flottant adossé à un panier de monnaies serait plus judicieux et plus efficace pour les économies de la zone.

Les partisans du maintien du CFA avancent quant à eux la crainte de voir certains dirigeants africains être tentés par l’utilisation de la « planche à billet »- argument paternaliste selon certains- entraînant inflation et dévaluation massive. Ils mettent également en avant  le fait que le CFA a été un moteur de l’intégration régionale en Afrique de l’Ouest et Centrale, favorisant les échanges et garantissant la stabilité macro-économique.

Les deux camps ont en partie raison. Mais là n’est pas l’essentiel

Les deux camps ont en partie raison, mais aucun des deux ne raconte l’histoire en entier. En effet, la crise autour du FCFA doit d’abord être examinée à l’aune des acteurs qui la composent, et appréhendée comme le signe d’une vitalité intellectuelle du continent.

En effet, à la faveur de cette polémique, l’on constate l’émergence d’une génération d’économistes africains qui mettent de côté le traditionnel discours anticolonial parfois mâtiné de théories conspirationnistes pour avancer un réel argumentaire technique. Gage de cette montée en puissance d’une production de connaissance africaine, la parution récente d’un ouvrage dédiée spécifiquement à ce sujet, intitulé « Sortir l’Afrique de la servitude monétaire. A qui profite le franc CFA? » rédigé par un collectif d’économistes dirigés par Kako Nubukpo.

Il faut supprimer le mot « Franc » du FCFA

Quel que soit le sort réservé au FCFA par les gouvernements concernés, une chose au moins devrait faire consensus et serait très simple à mettre en pratique : la suppression du mot « Franc » du CFA.

Dans un continent où les symboles sont extrêmement importants, faute d’indépendance monétaire, cela permettrait au moins l’indépendance lexicale et la réappropriation du nom de cette monnaie par les nations qui en ont l’usage. De fait, cela permettrait aussi de centrer le débat sur le terrain économique et d’en évacuer les discussions autour de la prévalence d’une post-colonisation économique, sujet qui mérite un débat séparé et à part entière.

En ce domaine, il est utile de méditer les propos d’un ancien président français, Jacques Chirac, lequel indiquait dans une interview télévisée après son départ du pouvoir qu’une « grande partie  de l’argent qui est dans notre porte-monnaie vient de l’exploitation pendant des siècles de l’Afrique (…) il faut avoir un peu de bon sens, de justice pour rendre aux africains ce qu’on leur a pris, d’autant plus que c’est nécessaire si l’on veut éviter les pires convulsions ». Reste donc à ouvrir sans attendre et dans la sérénité cette conversation cruciale pour l’avenir du continent et de ses partenaires.

Abdelmalek Alaoui

Côte d’Ivoire : 108 millions d’euros de la BAD dans le riz, le maïs et le manioc

La Banque africaine de développement (BAD) va financer deux projets agricoles en Côte d’Ivoire à hauteur de 108 millions d’euros. Ils doivent permettre de garantir la sécurité alimentaire dans le pays qui importe une bonne partie de ses produits de base, a annoncé ce mercredi le ministère de l’Agriculture.

Ce projet doit apporter une « contribution importante à la lutte contre la pauvreté, à travers la modernisation et le développement du secteur agricole », a salué le Premier ministre ivoirien Amadou Gon Coulibaly.

Ces investissements de la BAD sont destinés au financement d’un pôle agro-industriel dans la région de Yamoussoukro (centre) qui devrait permettre de produire du riz, du maïs, du manioc et créer près de 20 000 emplois permanents dans le secteur agricole, selon un communiqué du ministère relayé par l’AFP.

Le projet agricole censé démarrer en mars prochain doit également apporter une production additionnelle de 465 000 tonnes par an de vivriers et générer des ressources pour sortir plus de 107 000 personnes du seuil de pauvreté. La production de riz brut (paddy) s’est établie à 2,15 millions de tonnes en Côte d’Ivoire en 2015. Elle était de 600 000 à 700 000 tonnes pour le maïs et de 2,4 millions de tonnes pour le manioc en 2013.

Le second volet du projet d’appui aux infrastructures agricoles dans la région du Djuablin (est), doit permettre de développer les transports et la transformation des produits agricoles de cette région, affirme encore le ministère.

Cherté de la vie

En 2008, des émeutes de la faim avaient secoué le pays, en raison d’une flambée des prix des biens de consommation, dont le riz, le lait, la viande et le poisson, alors importés à plus de 50%. Nombre d’Ivoiriens dénoncent encore la cherté de la vie dans un pays connaissant une très forte croissance économique, de l’ordre de 9% l’an depuis 2012.

La population à nourrir croît fortement, avec en moyenne 5,4 enfants par famille, selon les résultats du dernier recensement publiés en 2016. La Côte d’Ivoire compte désormais 23 millions d’habitants.

AFP

Invasion de chenilles en Afrique: Réunion d’urgence à Hararé

Harare (AFP) – L’invasion d’une chenille légionnaire vorace venue d’Amérique fait l’objet d’une réunion d’urgence sous l’égide de l’ONU mardi à Harare, afin de discuter de mesures contre cette larve qui a endommagé les cultures céréalières de plusieurs pays africains et fait craindre des pénuries alimentaires.

Des experts représentant 13 pays seront réunis pendant trois jours dans la capitale zimbabwéenne, sous l’égide de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO).

La « chenille légionnaire d’automne », originaire des Amériques et récemment introduite en Afrique, a déjà fait des ravages dans les champs de céréales en Zambie, au Zimbabwe, en Afrique du Sud et au Ghana. Le Malawi, le Mozambique et la Namibie seraient également affectés.

Selon des experts, c’est la première fois que cette espèce cause de telles destructions de champs en Afrique.

Ces chenilles dévorent le maïs, le blé, le millet et le riz, des aliments de base en Afrique australe, une région déjà frappée par l’une des pires sécheresses de ces dernières années.

La semaine dernière, le Centre international pour l’agriculture et les biosciences (Cabi) avait souligné que ces chenilles se « propageaient rapidement » sur le continent africain.

Cette organisation internationale à but non lucratif basée au Royaume-Uni avait également prévenu que ces chenilles « pourraient se propager dans les prochaines années en Asie tropicale et en Méditerranée, devenant une menace majeure pour le commerce agricole mondial ».

Selon le Cabi, le maïs est particulièrement vulnérable à cette invasion.

Contrairement à l’espèce africaine de ce nuisible, cette chenille légionnaire d’automne ne progresse pas en grand nombre pour ravager les céréales, mais agit plus individuellement en se nichant dans les épis de maïs ou les racines des plantes céréalières pour les dévorer, selon la FAO.

– ‘Catastrophique’ –

L’agence de l’ONU a prévenu que cette invasion, combinée aux problèmes de propagation de criquets, « pourrait être catastrophique » pour l’Afrique australe qui souffre déjà de sécheresses répétées provoquées par le phénomène climatique El Nino.

« Cette phase de l’invasion a débuté mi-décembre 2016 en Zambie », a expliqué Kenneth Wilson, professeur à l’Université de Lancaster (Grande-Bretagne), dans une note publiée lundi.

« L’invasion s’est maintenant propagée jusqu’à l’Afrique du Sud. Ces chenilles légionnaires se nourrissent de nombreuses céréales de base, elles peuvent donc provoquer des pénuries alimentaires dans la région », a-t-il relevé.

Il a précisé que ces chenilles d’automne, qui s’attaquent aussi aux champs de coton, de soja, de pommes de terre et de tabac, pourraient avoir été introduites en Afrique via des végétaux importés.

Les pesticides chimiques peuvent être une solution, mais sur le continent américain ces chenilles légionnaires ont développé une résistance aux insecticides.

Le ministre adjoint à l’Agriculture du Zimbabwe, Davis Marapira, a indiqué à l’AFP que cette invasion touchait désormais les dix provinces de son pays, déjà plongé dans une grave crise économique.

« Le gouvernement aide actuellement les agriculteurs » à lutter contre ce phénomène, a-t-il affirmé.

En décembre, les autorités zambiennes ont fait appel à l’armée pour acheminer des pesticides dans plusieurs provinces affectées par ces insectes.

Fric-Afrique avec AFP

AFP

Mali: Agriculture et sécurité alimentaire

Mali – Agriculture et sécurité alimentaire
L’USAID aide les agriculteurs Maliens à apprendre des nouvelles techniques pour améliorer leurs productivités.

 

Pourvoyeur d’emplois pour 80% de la population malienne qui s’adonnent aux activités agricoles, le secteur agricole est le pilier de l’économie malienne et recèle un important potentiel qui en fait le moteur de la croissance économique du Mali. Dans le même temps, plus de 29% de la population sont malnutris. La faible productivité, les pertes après récolte, les marchés peu développés et la vulnérabilité aux impacts des changements climatiques figurent au nombre des défis majeurs que le pays doit relever afin d’assurer sa sécurité alimentaire et de jouir d’une croissance économique à plus large assise. A l’heure actuelle, en dépit du fait que seulement 7% des 43,7 millions d’hectares de terres arables soient cultivés et que 14%  des 2,2 millions d’hectares potentiellement irrigables soient irrigués, le potentiel pour la croissance et le développement agricoles au Mali est important. Les investissements des Etats-Unis assurent la promotion de la sécurité alimentaire et une croissance économique plus inclusive grâce : à l’amélioration de la productivité agricole ; à la promotion de l’adoption de technologies de nature à accroître les rendements et à la vulgarisation des pratiques de conservation des sols et de l’eau ; au renforcement du développement des marchés d’intrants ; à l’amélioration de la qualité et de la valeur ajoutée des principales denrées alimentaires ; à l’appui à la commercialisation des excédents ; et à l’atténuation des impacts négatifs des changements climatiques.

L’Initiative Alimentaire pour l’Avenir, initiative mondiale de lutte contre la faim et de promotion de la sécurité alimentaire du Gouvernement américain, vise à améliorer la productivité agricole et la nutrition en introduisant des technologies, en mettant à disposition des connaissances et en renforçant les capacités des institutions locales en vue de promouvoir une approche induite par un secteur privé dynamique à l’effet d’assurer la sécurité économique et alimentaire. L’Initiative Alimentaire pour l’Avenir investit dans trois chaines de valeur au Mali :

1. Le petit mil et le sorgho pour la sécurité alimentaire et la réduction de la pauvreté ;

2. Le riz pour l’amélioration des revenus des ménages et le renforcement de la sécurité alimentaire ; et

3. L’élevage pour l’amélioration des revenus et de la nutrition des ménages.