KATCHENOO MEDIA

Réchauffement climatique: Tous appelés à lutter contre le défi climatique

Publicités

L’Association Climate Chance, l’Assemblée des Régions et Districts de Cote d’Ivoire (ARDCI)  et la Convention des Maires pour l’Afrique Subsaharienne ont invité les médias le vendredi 29 juin à un point de presse pour faire le bilan du Sommet Climate Chance à l’issue des 10 ateliers de travail.

C’était en présence des présidents de l’Assemblée des Régions et Districts de Côte d’Ivoire (ARDCI), Eugène Aka Aouélé et de Climate Chance, Ronan Dantec, de Jean-Pierre Elong Mbassi, Secrétaire général de CGLU-Afrique, d’élus engagés dans la Convention des Maires d’Afrique Subsaharienne et porteurs d’initiatives phare.

Ces dix ateliers ont permis d’établir des feuilles de routes thématiques, opérationnelles pour le contexte africain : accès aux financements climat, filières durables, aménagement urbain durable, plans territoriaux climat, agriculture durable et reforestation, accès aux énergies renouvelables et à l’efficacité énergétique, mobilité et transports urbains durables, adaptation, bâtiment et construction durables, éducation et formation. C’est le point de départ d’une stratégie de long terme pour renforcer un travail en commun des acteurs non-étatiques en Afrique.

Le président de l’ARDCI, Eugène Aka Aouélé a souligné la qualité des travaux en ateliers, tout en indiquant que Climate Chance est la seule Association au monde qui a réussi à fédérer plusieurs acteurs non-étatiques.

Jean-Pierre Elong Mbassi, Secrétaire général de CGLU-Afrique a indiqué en ces termes: « les travaux montrent une attention pour les jeunes. Nous ne faisons pas assez confiance aux jeunes pour réinventer le futur. C’est très important d’écouter les jeunes ».

L’adjoint au Maire de Kampala, Hajjat Sarah Kanyike exhorte les parties prenantes au Sommet Climate Chance: « Nous sommes tous appelés à lutter contre le changement climatique. Il faut mettre tout le monde ensemble, les gouvernements, les ONG, les organisations de jeunes et les organisations de femmes. Le changement climatique affecte tout»

Le Maire de Pikine au Sénégal, Abdoulaye Timbo a révélé la non disponibilité des moyens de financement.

Les acteurs non-étatiques ont affirmé ensemble leur engagement et leurs priorités pour lutter contre le dérèglement climatique sur le continent africain. Ils se sont accordés entre acteurs non-étatiques, dans leur diversité, sur une stratégie commune par secteur. Les acteurs prennent l’engagement de s’impliquer dans la mise en œuvre de ces feuilles de route, de les élargir à d’autres partenaires.

Ce travail d’ensemble s’inscrit dans les principes et priorités de la déclaration d’Agadir, adoptée lors du Sommet Climate Chance de Septembre 2017. Il ya ainsi un lien entre les enjeux du climat et du développement, et la nécessité de répondre conjointement à ces deux défis. Le Sommet Africités de Marrakech (fin novembre 2018) sera l’occasion d’un premier point d’étape sur  ce travail collectif.

Le Sommet Climate Chance d’Abidjan n’est qu’une étape dans le rehaussement de l’action sur le continent africain, la mobilisation et la formation des acteurs, l’accès renforcé aux financements.

« L’Accord de Paris transmet un message clair, à savoir, que nous sommes  tous en danger et qu’il est temps de se mettre d’accord pour lutter contre ce danger. Il est donc urgent de limiter le réchauffement de la planète dans la limite des 2°C et de définir une trajectoire qui puisse permettre à chacun de contribuer à cette baisse » a précisé Jean-Pierre Elong Mbassi, Secrétaire général de CGLU-Afrique.

Ce sommet a regroupé 500 participants issus de 41 pays dont 27 pays africains, des acteurs non-étatiques du continent africain.

Patrice Kouakou

 

 

Publicités

Publicités