Climate Chance: Un atout pour booster l’action climatique en Afrique

cc 2Le sommet international Climate Chance Afrique, ce sont 2 jours intenses de travail pour accélérer l’action climatique avec des acteurs non étatiques. Un rendez-vous pris les 28 et 29 juin 2018 en bordure de la lagune Ébrié à Abidjan en Côte d’Ivoire.

A l’entame du Sommet international Climate Chance Afrique, le Gouverneur du District Autonome d’Abidjan, Robert Beugré Mambé s’est dit être pour les actions contre le dérèglement climatique et engage tous à renforcer les engagements communs dans  la lutte contre le phénomène.

A sa suite, le président de  l’Assemblée des Régions et Districts de Cote d’Ivoire (ARDCI), Eugène Aka Aouélé a fait une remontée historique sur l’édition de Nantes (2016) et celle d’Agadir (2017). Il a argué que cette rencontre internationale consacrée à la lutte contre le réchauffement climatique permet d’avoir des feuilles de route sectorielles et opérationnelles pour le continent africain.

Ces feuilles de route africaines sont portées par des coalitions d’acteurs impliqués dans les territoires africains. Ces feuilles de route font le lien entre les enjeux climat et développement durable (en mentionnant l’impact des actions climat sur les objectifs du développement durable). Elles font une place importance aux enjeux forts d’adaptation du continent, proposant de faire le lien  entre les bailleurs internationaux climat et les acteurs de terrain et impliquent les acteurs non-étatiques africains dans leur diversité.

Selon le président de l’Association Climate Chance, le Sénateur Ronan Dantec, cet événement constitue une véritable chance sur le rôle et la place des acteurs non-étatiques. C’est une occasion particulière du déploiement des gouvernements locaux. Pour lui, l’efficacité des initiatives commande une synergie d’actions.

Dg2tARsXkAEXxLbCes jours de renforcement de capacités à travers 10 ateliers ont servi de cadre pour adresser une riposte aux menaces contre le climat. Il a été question d’évaluer, de mutualiser les compétences, de bâtir des stratégies nationales, territoriales et de les mettre en accord avec l’international.

Le président du Sénat ivoirien et ancien président de  l’Assemblée des Régions et Districts de Cote d’Ivoire (ARDCI), Jeannot Ahoussou-Kouadio a indiqué que c’est une aubaine pour préparer les acteurs non-étatiques à renforcer l’action climatique, et pour des stratégies communes pour la résilience climatique aux bénéfices des populations. « Force est de tenir compte des mesures d’atténuation et d’adaptation du changement climatique » a-t-il engagé les acteurs.

Dg2zY98XUAANbuqTout le monde s’accorde à penser que les niveaux d’ambition actuels, tant sur le volet de l’atténuation que sur celui de l’adaptation, se situe bien en-deçà des objectifs fixés par l’Accord de Paris sur le Climat

« Le sommet Climate Chance Afrique permet de mieux structurer nos actions, les dispositifs nationaux et internationaux. Au total, il convient de soutenir cette initiative afin de faire face au phénomène du dérèglement climatique »  a précisé  la ministre ivoirienne de la Salubrité, de l’Environnement et du Développement durable, Anne Désirée Ouloto.

Les feuilles de route permettront d’alimenter l’effort global en renforçant l’environnement africain d’action climatique dans les secteurs en question.

A l’issue des 2 jours de rendez-vous, sept priorités ont été identifiées. Ce sont le renforcement des stratégies territoriales, l’accès facile au financement pour les acteurs non-étatiques, l’intégration du genre dans les politiques publiques, l’attention pour les jeunes, la priorité à l’éducation et à la formation pour préparer aux métiers de demain permettant de faire face au défi climatique, la prise en compte des enjeux d’adaptation, la nécessité d’une réelle stratégie collective et de plate-forme d’échange sur les données disponibles pour mesurer l’évolution des émissions de gaz à effet de serre des territoires et pays africains.

Il ya eu  l’engagement d’élus locaux du Sénégal, de l’Ouganda, de la Cote d’Ivoire, de l’Éthiopie, du Burkina Faso, du Togo, et du Libéria à mobiliser les acteurs dans leurs territoires pour relever ensemble le défi du changement climatique, considérant  l’engagement de l’Accord de Paris de limiter le réchauffement de la planète en-dessous des 2 degrés Celsius, et si possible de tendre vers 1,5 degré Celsius.

photo ensCes 7 priorités et l’ensemble des résultats du Sommet international Climate Chance 2018 seront portés aux grandes rencontres internationales telles que le sommet Africités en décembre 2018 à Brazzaville et la Cop 24 en Pologne traitant la question. Le prochain Sommet international Climate Chance est prévu pour 2019 encore en Afrique.

Patrice Kouakou

Publicités

A propos KATCHENOO MEDIA

KATCHENOO MEDIA is a news platform focusing on agricultural, environmental & sustainable development stories in Cote d’Ivoire and Africa. KATCHENOO MEDIA is Journalism, Communications & Sustainable Development. We report on Agriculture, Environmental Protection, Youth, Health and generally on Sustainable Development. (Journalistic Coverage). We publish innovations and sustainable solutions to achieve social, societal and ecological transition. Sustainable Development, Climate Change, Rural Poverty, Environmental and Agricultural Reporting. For enquiries and media partnership, please email: katchenoomedia@hotmail.com / katchenooagriculture@gmail.com / Slogan: Building resilience for sustainable development.
Cet article a été publié dans Agriculture, Collectivités, Conseils Généraux, Développement, Economie, Education, Energie, Environnement, L'angle de DD, Mairies, Régions, Société. Ajoutez ce permalien à vos favoris.