Homélie du cardinal Jean-Pierre Pierre Kutwa, à l’occasion de l’ordination sacerdotale du 3 février 2018

ordination 3 février 2018Samedi, 03 février, 10 nouveaux prêtres ont été ordonnés par le cardinal Jean-Pierre Kutwa, archevêque d’Abidjan, à la cathédrale Saint-Plateau.

Chant : ‘‘Me voici, Seigneur mon Dieu, mon Rédempteur, je suis prêt pour te servir. O mon Dieu, tu sais je suis faible, je ne sais comment faire ta volonté ; Tu me dis, marche en avant et n’aies pas peur car Je suis, toujours près de toi.’’

Chers fils,  chers ordinands,

Les paroles de ce chant que nous venons d’exécuter ensemble, doivent avoir pour vous une saveur particulière en ce jour et pour cause ! Tout à l’heure, à l’appel de vos noms, vous vous êtes avancés et vous avez répondu ‘‘me voici’’. Ce pas en avant ainsi que votre réponse marquaient pour ainsi dire votre engagement, votre détermination ainsi que votre désir à vouloir suivre le Christ, dans le service de vos frères et sœurs! Mais, il a fallu que je m’assure que vous avez les aptitudes requises pour exercer un tel ministère. Interrogé, le délégué du comité des vocations, s’appuyant sur le témoignage du peuple chrétien qui a été consulté, a donné un avis favorable. C’est seulement après cela, que je vous ai choisis, selon la formule consacrée, pour l’ordre des prêtres !

Pour rappel, il y a de cela quelques mois, précisément le 8 juillet dernier, je vous faisais remarquer que par la cérémonie de votre ordination diaconale, s’achevait pour vous, dans une certaine mesure, le temps de la formation académique. J’avais aussi souligné que cette ordination diaconale n’était pas un couronnement, puisque vous aspiriez à devenir prêtres de Jésus-Christ. Par ailleurs, j’avais insisté aussi pour dire que si le diaconat auquel vous étiez admis était certes transitoire, parce que reçu en vue du sacerdoce, il n’en demeure pas moins qu’il marquait un tournant décisif dans votre vie.

Chers fils,

A présent que vous venez d’être choisis pour l’ordre des prêtres et que dans quelques minutes, avec la liturgie propre au sacrement de l’ordre qui fera de vous des prêtres de Jésus-Christ, il me paraît important de m’arrêter avec vous sur le début de notre célébration, en ce sens que ce rappel nous plonge au cœur même de ce que doit être votre vie future.

En effet, nous sommes tous témoins que c’est librement et sans contrainte aucune que vous vous êtes avancés et avez répondu à l’appel qui vous a été lancé. C’est donc vraiment libres je l’espère, que vous vous engagez à la suite du Christ, le grand prêtre de la Nouvelle Alliance, comme nous le révèle la Lettre aux Hébreux que nous avons entendu en première lecture. Cette lecture expose comment le Christ, Fils de Dieu et frère des hommes, est prêtre non, par l’appartenance à la famille d’Aaron, mais par appel de Dieu. Consacré par son Incarnation, Il a offert sur la croix, le sacrifice de réconciliation en s’immolant Lui-même. Son sacrifice, offert dans l’Esprit et agréé par le Père, lui a donné accès au Saint des Saints dans le ciel et a fait de Lui le Médiateur entre Dieu et les hommes.

Comme dit la Lettre aux Hébreux, ‘‘pris parmi les hommes et chargé d’intervenir en faveur des hommes dans leur relation avec Dieu’’, vous avez l’obligation, comme prêtres ‘‘détenteurs d’un pouvoir sacré’’, de ne pas galvauder ce que vous êtes devenus en vous encombrant bien souvent de préoccupations qui n’ont pas leur raison d’être. Ce pouvoir qui vous est conféré, c’est celui qui consiste ‘‘à former et à conduire le peuple sacerdotal, pour accomplir dans le rôle du Christ, le sacrifice eucharistique et l’offrir à Dieu au nom de tout le peuple.’’

A ce titre, je vous exhorte fortement à reprendre à votre propre compte, l’adresse que j’ai faite à vos aînés dans le sacerdoce à l’occasion de la rentrée pastorale et je cite : ‘‘notre époque, par les défis qu’elle fait apparaitre, nous oblige à nous déclarer pour ou contre Jésus. Le Seigneur a besoin d’un peuple, mais mieux, Il a besoin de cœurs qui se déclarent pour Lui en ce temps où tout veut pousser à croire que Dieu, non seulement est ailleurs, mais qu’il est autre que ce que Lui-même dit de sa personne. Le monde a besoin de savoir ce que nous avons reçu ; nos frères et sœurs ont besoin de connaitre en profondeur Celui qui nous fait la grâce d’être avec nous, en nous. Nous devons les aider à se laisser aimer par ce Dieu que nous portons : ils ont besoin de découvrir que ce dont Il nous a comblés par pure grâce, n’est que pour sa gloire et pour le salut des âmes.’’ Fin de citation.

Chers fils,

En me réjouissant de votre engagement, de votre détermination ainsi que de votre désir à vouloir suivre le Christ, dans le service de vos frères et sœurs, par le pas que vous avez fait à l’appel de vos noms en début de célébration, je vous invite à comprendre que  votre vocation est avant tout un service à la gratuité ! La lettre aux Hébreux nous enseigne que la dignité de prêtre n’est pas un ‘‘un honneur que l’on s’attribue à soi-même, on le reçoit par appel de Dieu !’’

Cet appel, c’est également celui auquel vos devanciers ont répondu eux aussi le jour de leur ordination sacerdotale. A ce titre, il me plaît encore une fois de rappeler à la mémoire de tous, l’obligation que nous avons d’être solidaires les uns des autres. C’est bien ce qu’affirme le Décret sur le ministère et la vie des prêtres : ‘‘du fait de leur ordination, qui les a fait entrer dans l’ordre du presbytérat, les prêtres sont tous intimement liés entre eux par la fraternité sacramentelle… Chaque membre de ce presbyterium noue avec les autres des liens spéciaux de charité apostolique, de ministère et de fraternité : c’est ce que la liturgie exprime depuis l’Antiquité quand elle invite les prêtres présents ensemble avec l’évêque qui ordonne à imposer les mains au nouvel élu et quand elle les rassemble, unanimes, dans la concélébration de la sainte Eucharistie.

Chaque prêtre est donc uni à ses confrères par un lien de charité, de prière et de coopération sous toutes ses formes ; ainsi se manifeste l’unité parfaite que le Christ a voulu établir entre les siens, afin que le monde croie que le Fils a été envoyé par le Père. Cela doit amener les plus âgés à accueillir les plus jeunes vraiment comme des frères, à les aider dans les premières activités et les premières tâches du ministère, à essayer de comprendre leur mentalité même si elle est différente de la leur, à suivre leurs efforts avec bienveillance. De même, les jeunes sauront respecter l’âge et l’expérience des anciens, dialoguer avec eux sur les problèmes pastoraux et partager avec joie leur travail.’’

En rentrant dans le presbyterium d’Abidjan, je vous invite à partager avec vos aînés, dans un esprit de solidarité, la fraîcheur de votre jeunesse ainsi que le zèle qui caractérise les premières années du ministère sacerdotal. N’oubliez jamais, qu’aînés et jeunes prêtres, nous avons un seul et unique objectif : le salut éternel des fidèles du Christ que l’Unique Pasteur confie à nos soins pastoraux ! C’est eux qui ont été consulté et c’est à partir de leur témoignage que nous prenons l’engagement de vous admettre dans l’ordre des prêtres.

Chers frères et sœurs,

L’invitation à être sel de la terre et lumière du monde qui se dégage de l’évangile que nous avons entendu, si elle s’adresse tout spécialement aux ministres ordonnés en ce jour, ne vous exempte pas en tant que fidèles laïcs du Christ. Encore une fois, je voudrais rappeler que vous avez été consulté pour donner votre avis, comme c’est toujours le cas, lors des ordinations. Vous aussi, vous êtes responsables de la nouvelle vie de ces nouveaux ordinands tout comme de celles de vos prêtres.

Au nom du Seigneur, je vous exhorte à être de bons conseillers pour  eux dans un esprit de fraternité. Si le Décret pour le ministère et la vie des prêtres les invite eux-mêmes ‘‘… à se sentir spécialement responsables de ceux d’entre eux qui éprouvent des difficultés… à leur apporter leur soutien et, s’il y a lieu, leur faire des remarques discrètes et …à faire toujours preuve d’amour fraternel et de générosité envers ceux qui ont connu la défaillance sur certains points’’, il indique la conduite à tenir en pareille circonstance : ‘‘ ils prieront Dieu pour eux avec insistance et veilleront sans cesse à être vraiment à leur égard des frères et des amis.’’ Telle est la mission que je vous confie en cette année de partage et de solidarité.

Comme vous le savez, si le sel perd sa saveur et si la lumière ne brille plus, ils sont bons à être jetés dehors ! Plutôt que de les critiquer négativement et de les vouer aux gémonies, priez Dieu avec insistance pour eux car, il y va de la crédibilité de vos pasteurs mais surtout de celle de votre Eglise, cette Eglise dont le Christ est le grand prêtre de la Nouvelle Alliance. N’hésitez pas à faire des remarques discrètes à ceux d’entre eux qui connaissent des défaillances sur certains points ; c’est cela la correction fraternelle et Dieu Lui-même vous le revaudra.

Devrais-je insister pour dire que cette vie commune, ce partage de vie avec les prêtres ne doit pas être que matériel, mais qu’ils doivent être aussi et surtout d’ordre spirituel. Puisque vos pasteurs ont l’obligation de vous former et de vous conduire, d’offrir pour vous le sacrifice eucharistique et de vous offrir à Dieu en accomplissant au milieu de vous le rôle du Christ, je vous prie de les aider dans cette noble mission.

Que dire des parents qui font le sacrifice des ambitions légitimes qu’ils ont pour leurs enfants en les laissant devenir prêtres ? Encore une fois et de tout cœur, je prie pour que Dieu Lui-même soit leur récompense ainsi que de tous ceux qui ont conduit et accompagné ces jeunes jusqu’à ce jour de leur ordination sacerdotale. Je pense encore et toujours à leurs différents formateurs, au Comité diocésain des vocations, à l’Equipe des chargés de vocation, au père qui leur a prêché la retraite. Je n’oublie pas leurs amis, connaissances et bienfaiteurs. Je vous recommande tous à la prière bienveillante de la Vierge Marie. Qu’elle vous obtienne de son Fils grâces et bénédictions.

Au début de cette année nouvelle, tout en réitérant pour vous mes vœux les meilleurs d’une bonne, sainte et heureuse année 2018, je voudrais prier le Seigneur d’accompagner chacun de vous, particulièrement ces nouveaux élus, tout en le suppliant de nous donner des prêtres, beaucoup de prêtres, beau coup de saints prêtres, par Jésus, à qui appartiennent, la louange, l’honneur et la gloire, dans les siècles sans fin. AMEN !

+ Jean Pierre Cardinal KUTWÃ,                                                                        
Archevêque d’Abidjan

 

Publicités

A propos KATCHENOO MEDIA

KATCHENOO MEDIA est un site d’actualités en ligne dédié au Développement durable, à l’Agriculture, à l’Environnement et au Climat en Cote d’Ivoire et en Afrique. Nous couvrons l’Agriculture, la Sécurité alimentaire, la Protection de l’Environnement et généralement le Développement Durable. (Couverture médiatique).Nous publions les innovations et les solutions durables pour réussir la transition sociale, sociétale et écologique. Slogan: Éradiquer la pauvreté, transformer l’Afrique.
Cet article a été publié dans Religion, Société. Ajoutez ce permalien à vos favoris.