La Conférence de la FAO s’achève avec l’adoption du Programme de travail et budget 2018-2019

Le Directeur général souligne que l’Organisation prêtera attention à l’appel de ses membres visant à renforcer son travail sur le changement climatique

Dans le cadre de la Conférence de la FAO,qui s’est achevée le 07 juillet 2017 au terme d’une semaine de travaux, les membres de l’Organisation ont approuvé à l’unanimité le Programme de travail et budget du prochain exercice biennal tout en saluant les efforts déployés par cette agence de l’ONU en vue d’atteindre les Objectifs de développement durable (ODD) et l’Agenda 2030 de développement durable.

La Conférence a officiellement approuvé le montant du budget ordinaire fixé à 1 005,6 millions de dollarspour l’exécution du Programme de travail 2018-2019, tel que proposé par le Directeur général de l’Organisation M. José Graziano da Silva.

« Je suis particulièrement honoré de noter que le Programme de travail et budget a été approuvé, sans abstention, par tous les pays présents à cette Conférence », a déclaré notamment M. Graziano da Silva.

« Nous devons mettre en œuvre des systèmes alimentaires durables qui prodiguent à tous, aujourd’hui et demain, des aliments accessibles et nutritifs ainsi que la résilience face aux changements « , a ajouté le Directeur général de la FAO. « Nous avons entendu votre appel adressé à la FAO en vue de renforcer son travail sur le changement climatique. Désormais nourrir l’humanité doit aller de pair avec la préservation de la planète. »

Le changement climatique

La Conférence a également adopté le thème proposé pour le biennium 2018-2019- Le changement climatique et son impact sur le travail de la FAO – tout en soulignant »la pérennité de cette proposition » à la lumière des développements sur la scène mondiale, notamment l’Accord de Paris sur le climat et l’Agenda 2030 de développement durable. 
La Conférence a pris note du rôle important que la FAO doit apporter aux pays en développementen les aidant à mettre en œuvre leurs contributions nationales spécifiques dans le cadre  de l’Accord de Pariset dans leurs efforts d’adaptation et de renforcement de la résilience face au changement climatique tout en contribuant, dans la mesure du possible, à son atténuation.

Le thème du biennium se situe dans le droit fil de la Stratégie adoptée par la FAO sur le changement climatique et du lancement du Programme d’action global sur la sécurité alimentaire et la nutrition des petits Etats insulaires en développement, a indiqué la Conférence.

Celle-ci a, d’autre part, exprimé sa satisfaction à l’égard de l’efficience et du rapport qualité-coûts améliorés sous la gouverne du Directeur général de la FAO.

Les priorités de la FAO

La Conférence a également salué les progrès réalisés par la FAO dans le processus de décentralisation qui a permis à l’Organisation de renforcer la coordination avec les partenaires nationaux et le développement de partenariats stratégiques avec d’autres parties prenantes, notamment le secteur privé, le monde académique et les acteurs essentiels du développement de la société civile.

La Conférence s’est aussi félicitée de l’intégration des questions de parité homme-femme dans l’ensemble des activités de la FAO.

MGraziano da Silva a fait observer qu’au cours des cinq dernières années, la FAO avait recentré son champ d’action et adopté une approche plus globale pour affronter les défis complexes et interconnectés tout en renforçant simultanément sa présence sur le terrain ainsi que son niveau de capacité global.

M. Graziano da Silva a souligné que le caractère central de l’alimentation et de l’agriculture dans l’agenda de développement durableinduit que les efforts de la FAO sont intrinsèquement pertinents pour atteindre les ODD et la réalisation d’un monde libéré de la faim, un monde Faim Zéro.

Le Directeur général a indiqué que le Plan à moyen terme et le Programme de travail et budget 2018-2019 ont été conçus sur la base de quatre principes principaux:

  • Maintien du budget inchangé en valeur nominale, sans modification des contributions statutaires et des ouvertures de crédits nettes par rapport à 2016-2017 grâce à l’absorption des accroissements de coûts et à la réaffectation des économies dans des domaines prioritaires.
  • Identification des domaines programmatiques à mettre en avant ou en retrait et prise en compte d’autres domaines prioritaires pour les contributions volontaires.
  • Accroissement de la part du Programme de coopération technique (PCT) portée à 14 pour cent du montant net des ouvertures de crédit, ainsi que recommandé par la Conférence.
  • Mettre à profit les dispositifs de gestion du Programme pour accélérer l’obtention de résultats efficaces et tangibles.

Un niveau élevé de participation

Au total, 1 150 délégués de 181 pays, notamment le Président de l’Assemblée générale des NationsUnies, M. Peter Thomson,105 ministres et 25 vice-ministres ainsi que plusieurs parlementaires ont pris part à la Conférence.

Celle-ci a élu M. Khalid Mehboob, Conseiller/Représentant permanent adjoint du Pakistan auprès de la FAO, au poste de Président indépendant du Conseil exécutif de la FAO.M.Mehboobest actuellement Président du Comité financier de la FAO.

Source: http://www.fao.org

Publicités
Cet article a été publié dans Agriculture, Communication/Médias, Développement, Environnement, Société. Ajoutez ce permalien à vos favoris.