Production de banane : Le Cameroun devient premier producteur

Avec une production passée à 278 450 tonnes, le Cameroun déclasse, pour la première fois, la Côte d’Ivoire devenue deuxième avec ses 260 000 tonnes par an.
Avec 278 450 tonnes de banane produites en 2015, le Cameroun devance désormais la Côte d’Ivoire. Il est depuis l’année dernière le premier pays producteur de banane dessert des pays d’Afrique, Caraïbes et Pacifique (ACP).

C’est ce qu’a indiqué la chef de délégation de l’Union européenne (UE) au Cameroun. Françoise Collet a fait cette révélation à la presse, jeudi 1er décembre à Douala, alors qu’elle était en visite de travail dans les régions du Littoral et du Sud. Selon l’ambassadrice de l’UE au Cameroun, c’est donc la première fois que le Cameroun surclasse ainsi la Côte d’Ivoire, qui se contente de la 2è place, avec une production se situant autour de 260 000 tonnes.

Premier fournisseur africain de l’UE pour les bananes (278 450 tonnes en 21015), le Cameroun est aussi le 5è fournisseur mondial derrière l’Equateur (1,36 million de tonnes), la Colombie (1,31 million de tonnes), le Costa Rica (0,95 million de tonnes) et la République Dominicaine (0,32 million de tonnes).

Le Cameroun doit en partie cette performance aux projets que déploie l’UE dans le secteur bananier et dans les infrastructures portuaires du pays depuis quelques années. Françoise Collet, qui a parcouru les régions du Littoral et du Sud, du 30 novembre au 02 décembre 2016, en a profité pour visiter les réalisations desdits projets. Il s’agit notamment du Programme d’appui au plan de modernisation des Douanes (Papmod) et celui des Mesures d’accompagnement bananes (MAB). D’un montant de 38 milliards de FCFA (58 millions d’euros), ces projets, mises en oeuvre dans le cadre de la coopération Cameroun- Union européenne, visent, d’une part, à faciliter les échanges commerciaux entre le Cameroun et ses partenaires par une rationalisation des procédures douanières. Et d’autre part, à accroître la production de la banane, tout en renforçant les chaines relatives à son exportation.

Grâce à ces différents projets financés par l’EU, la production et la productivité se sont, apprendon, nettement améliorées dans le secteur bananier.  » A terme, nous visons une production de 350 000 à 400 000 tonnes de banane au Cameroun. Même si cela ne se fera pas en un seul jour, nous pensons que cela est possible.

Et puis, sur le marché européen, la banane camerounaise a effectué une véritable percée. En Haute-Savoie en France, le kg de banane est vendu à 85 centimes d’euro « , confie Françoise Collet. Le marché européen, qui est le marché le plus important en termes de quantités vendues au monde, est, apprend-on, le plus convoité par les producteurs camerounais et latino- américains.

Trois groupes de producteurs locaux (dont deux privés et un public) dominent aujourd’hui la production de la banane dessert camerounaise. A savoir, Plantations du Haut Penja (PHP), Boh Plantations Limited (BPL) et Cameroon Development Corporation (CDC). Durant sa visite de travail, l’ambassadrice l’UE au Cameroun a conduit des échanges avec les représentants locaux de l’administration, les autorités portuaires et douanières, ainsi que les opérateurs économiques.  » Nous avons remarqué une nette amélioration au niveau des infrastructures (Pénétrante Est), tout comme les travaux de rénovation du Terminal mixte du Port de Douala avancent.

Nous avons eu des entretiens avec le gouverneur du Littoral et les autorités portuaires. Tout comme nous avons échangé avec les représentants des organisations patronales, au sujet de l’entrée en vigueur de l’APE le 04 août 2016. Et selon leurs propres dires, le tsunami tant redouté n’est pas arrivé « , a-t-elle déclaré. Selon le service de communication de l’UE au Cameroun, cette visite de Françoise Collet s’inscrivait dans la mise en oeuvre effective de l’Accord de partenariat économique (APE) entre le Cameroun et l’UE et le renforcement des relations entre le Cameroun et l’UE.

Lakhdar B.,http://lemaghrebdz.com

Publicités
Cet article a été publié dans Agriculture, Développement, politique. Ajoutez ce permalien à vos favoris.