Qu’est-ce que le MAEP ?

Outil de mesure de la bonne gouvernance par la gestion participative en Afrique, le Mécanisme Africain d’Evaluation par les Pairs ( MAEP ) a été créé 09 mars 2003 à Abuja au NIGERIA sous l’égide  de l’Union Africaine, et des chefs d’Etat et de gouvernement en charge du Nouveau Partenariat pour le Développement en Afrique (NEPAD).

Ce programme qui prévoit le suivi et le contrôle de la gouvernance politique, sociale, économique et culturelle en Afrique, a pour objet principale : de favoriser l’adoption de politiques, de normes et pratiques devant conduire à une stabilité politique, pour l’atteinte d’une forte croissance économique et un développement durable ; de même qu’à l’intégration économique accélérée à l’échelle sous régionale et continentale des Etats Africains.

Le Programme est décliné dans chaque pays, qui y adhère, par la mise en œuvre d’une COMMISSION NATIONALE DU MECANISME AFRICAIN D’EVALUATION PAR LES PAIRS (CN-MAEP), instituée par décret présidentiel. Les attributaires de la commission sont représentatifs de toutes les couches sociales dans chaque pays dont notamment la société civile, et les Organisations Professionnelles de journalistes et media (OPM). Ces instances participent au processus de contrôle et d’élaboration des différents rapports.

Ce programme d’auto évaluation compte à ce jour 35 pays membres dont la Côte d’Ivoire.

La Commission Economique des Nations Unies pour l’Afrique (CEA) ; le PNUD ; constituent  les principaux partenaires technique de ce programme.

Le Programme est décliné dans chaque pays, qui y adhère, par la mise en œuvre d’une COMMISSION NATIONALE DU MECANISME AFRICAIN D’EVALUATION PAR LES PAIRS (CN-MAEP), instituée par décret présidentiel. Les attributaires de la commission sont représentatifs de toutes les couches sociales dans chaque pays dont notamment la société civile, et les Organisations Professionnelles de journalistes et media (OPM). Ces instances participent au processus de contrôle et d’élaboration des différents rapports.

Par BEN ALLAH

Publicités
Cet article a été publié dans Economie, Société, Société Civile. Ajoutez ce permalien à vos favoris.