Le rapport sur le développement rural 2016 est un “appel de ralliement“ (Vice-président FIDA)

Le vice-président du Fonds international de développement agricole (FIDA), Michel Mordasini, a affirmé, mercredi, lors du lancement du rapport 2016 sur le développement rural que ce document est un « appel de ralliement » pour les gouvernements africains autour de l’importance des politiques agricoles et du développement rural.

« Il est indispensable d’associer les populations rurales, les exploitants agricoles à la stratégie de lutte contre la pauvreté », a notamment signifié M. Mordasini.

D’après ce rapport, seules des politiques ciblées axées sur les populations rurales permettront d’éradiquer la pauvreté dans les pays en développement. « L’agriculture, le développement rural, restent des pièces maitresses des opportunités centrales pour réussir les grands objectifs d’une réduction de la pauvreté sur tout le continent », a soutenu Michel Mordasini, pour qui, l’essentiel de la population africaine se trouve en zone rurale.

Pour assurer l’alimentation des villes d’aujourd’hui et de demain, ainsi que la dépendance croissante des importations de denrées alimentaires, il faut une agriculture dynamique et un monde rural qui se transforme de façon inclusive, qui associe l’ensemble des populations rurales au processus de changement, a-t-il conseillé.

« Il y a de grandes opportunités en Afrique, il faut passer à l’action, il faut investir, il faut travailler sur un affinage des politiques pour permettre au secteur privé d’accéder aux zones rurales et de permettre aux petits exploitants agricoles d’accéder aux produits financiers (…) », a-t-il lancé.

Selon le vice-président du FIDA, le rapport révèle les contraintes, les défis et donne un message d’espoir sur les opportunités considérables qui existent en Afrique pour que l’agriculture soit encore un facteur de moteur de croissance et de développement, et une meilleure prospérité pour tous.

Le FIDA est une institution financière internationale et un organisme spécialisé des Nations Unies dont le siège est à Rome. Depuis 1978, le Fonds a octroyé environ 17,7 milliards d’USD sous la forme de prêts à faible taux d’intérêt et de dons en faveur de projets qui ont touché quelque 459 millions de personnes. Il investit dans les populations rurales, en les autonomisant afin de réduire la pauvreté, d’accroître la sécurité alimentaire, d’améliorer la nutrition et de renforcer leur résilience.

kkf/tm, AIP

Publicités
Cet article a été publié dans Agribusiness, Agriculture, Communication/Médias, Développement, Economie, politique. Ajoutez ce permalien à vos favoris.