Filière oléagineuse : A la rescousse de l’huile locale

Face à l’invasion des huiles étrangères, les professionnels du secteur oléagineux de l’UEMOA mettent en œuvre une stratégie de lutte contre les difficultés liées à la contrefaçon, à la fraude, à la porosité des frontières et à la mévente
Les professionnels et les consommateurs de la filière oléagineuse s’accordent à privilégier les produits locaux, huile de palme, d’arachide, graine de coton. Ils entendent résoudre en commun les problèmes relatifs à la production, la transformation, la commercialisation, l’exportation des produits oléagineux et le contrôle de l’application effective, au sein des pays de l’UEMOA, du dispositif de taxation. Le continent importe aujourd’hui plus de 50% de ses besoins en huile alimentaire. « La production des huiles par les entreprises membres de l’Association des industriels de la filière oléagineuse de l’UEMOA (AIFO-UEMOA), contribue d’une manière ou d’une autre à l’atteinte de l’autosuffisance alimentaire dans les pays de l’espace UEMOA. Et pourtant, cette filière connait d’énormes difficultés qui freinent l’économie des Etats. Parmi elles, on peut citer, la contrefaçon des huiles produites, l’invasion du marché régional à cause de la porosité des frontières et la mévente », explique Jean-Louis Kodo, le président de l’AIFO. L’AIFO-UEMOA qui a son siège au Bénin, s’est assigné pour missions de développer la coopération et la coordination technique et économique entre les sociétés industrielles des pays de l’UEMOA en matière de politiques dans le secteur des oléagineux.
Patrice Kouakou Wanset

Publicités
Cet article, publié dans Agribusiness, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.