Exploitation de la banane : Méthode améliorée de lutte contre le dessèchement des feuilles

La maladie fongique qui s’attaque aux feuilles des bananiers est une préoccupation pour les acteurs de la filière. C’est pour cela le Centre national de recherche agronomique (CNRA) a mis en place une technique de lutte mécanique, appelée effeuillage.
La technique d’effeuillage dite lutte mécanique permet de réduire l’effet de la maladie. Cette méthode consiste à supprimer les parties des feuilles attaquées par la maladie. Il faudra prendre soin de maintenir une partie du pétiole sur le bananier. Les feuilles coupées doivent être déposées la face supérieure contre le sol. L’effeuillage est une opération simple qui permet de réduire considérablement l’inoculum dans la plantation ; ce qui protège les nouvelles feuilles. La méthode de lutte efficace reposant sur l’usage de produits chimiques n’est pas accessible aux producteurs à faibles revenus. Il existe d’autres méthodes de lutte plus faciles à réaliser. Compte tenu du développement rapide de la maladie, il faut faire l’opération une fois par semaine pour maintenir la plantation saine. En somme, notons que la cercosporiose noire causée par Mycosphaerella fijiensis provoque le dessèchement rapide des feuilles, réduit le poids des fruits et le rendement des plantations. Les pertes dépassent 50 % pour les variétés très sensibles. La lutte agronomique consiste à supprimer les parties nécrosées du limbe des feuilles atteintes pour réduire la pression d’inoculum dans la plantation. Les essais se poursuivent, notamment dans l’objectif d’introduire en milieu paysan la culture intensive du bananier plantain. Au stade actuel, la technique combinant la suppression de parties nécrosées du limbe à l’application tardive de fongicides est préconisée. En outre, la recherche a mis en évidence des variétés hybrides de plantain résistantes à la cercosporiose noire. Les variétés FHIA 21 et PITA 3 sont déjà en cours de diffusion en Côte d’Ivoire. Des essais associant, en lignes alternées, les hybrides résistants et la variété sensible Orishelés ont menés sur quatre périmètres irrigués (Bondoukou, Bouaflé, Katiola et M’Bahiakro). Ils visent à utiliser la résistance de ces hybrides pour maintenir la pression d’inoculum à un niveau faible, ce qui réduirait l’incidence de la maladie sur la variété sensible. L’effeuillage est ainsi un aspect de la lutte intégrée contre la cercosporiose noire du plantain.
Source : CNRA
Patrice Kouakou Wanset

Publicités
Cet article, publié dans Agriculture, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.