Société: Contribution des jeunes et des femmes du grand nord au développement de Grand Zattry

Les communautés du grand nord résidant à Grand Zattry dans la région de la Nawa (Soubré) au Sud-Ouest de la Côte d’Ivoire, veulent apporter leur contribution au développement de la région.

Organisés en associations, les jeunes et les femmes ont procédé à l’investiture de leurs présidents le 11 novembre 2017 à Grand Zattry en présence des autorités administratives, politiques, religieuses et coutumières et des populations venues de plusieurs horizons.IMG_20171111_133323

Ce fut grand jour pour le premier magistrat de la commune de Grand Zattry, Nahounou Yaba et son conseil. « Monsieur le Maire, nous sommes fiers de vous. Nous saluons votre courage et votre engagement à œuvrer pour la paix et le développement de grand Zattry. Au-delà de l’unité, accepter de parrainer cette investiture c’est apporter votre contribution au développement » a déclaré Zadi Zama, président des jeunes de la sous-préfecture Grand Zattry.

Pour le Maire, Nahounou Yaba, les populations du nord résidants à Grand Zattry représentent une force dans l’économie locale. Il les a exhortés à apporter leur contribution à la consolidation de la cohésion sociale et au développement. « C’est main dans la main que nous pourrons développer notre commune. Il revient donc à chacun d’œuvrer pour la consolidation de la cohésion sociale et la paix. Jeunes et femmes du nord résidants à Grand Zattry, je suis prêt à soutenir votre association. C’est ensemble que nous parviendrons à développer Grand Zattry » a-t-il invité.

Cette cérémonie qui a réuni toutes les communautés et groupes ethniques de Grand zattry trouve son sens dans l’appel du Maire d’Issia, Fanny Karim qui a pris la parole au nom des maires venus soutenir leur collègue Nahounou Yaba : « Grand Zattry est assis sur du trésor. Ce trésor c’est la cohésion sociale. Une valeur dont jouit cette localité depuis plusieurs années. Je suis sénoufo de Boundiali mais je suis le Maire d’Issia. Je n’ai pas été élu que par les peuples du nord. Mais par toutes les populations d’Issia. C’est ça l’intégration. Regardez ! au moment que des communautés se battent à Guiglo à l’ouest de la Côte d’Ivoire, nous, nous célébrons ici la cohésion sociale. J’appelle toutes les populations ivoiriennes à s’inspirer de l’exemple de Grand Zattry et à œuvrer pour le retour définitif de la paix à Guiglo ».

Les actions du Maire Nahounou Yaba Louis sont soutenues par le Sous-Préfet de la localité, Zebli Lago Mauclaire et l’ensemble des populations.

Lesquelles actions se résument en l’autonomisation des femmes, l’insertion des jeunes, la construction et la réhabilitation d’écoles et de centres de santé, et la promotion des valeurs citoyennes, de la cohésion sociale et de la paix

François M’BRA II

 

 

 

Publicités
Publié dans Développement, Société | Laisser un commentaire

Session du Comité intergouvernemental de bioéthique (CIGB): Discours d’ouverture du Prof. Lazare Poamé, Vice-Président du CIGB

Mesdames, Messieurs, Bonjour, Au nom du Bureau sortant du Comité intergouvernemental de bioéthique (CIGB), et également en tant que Vice-Président dudit Comité, je vous accueille chaleureusement à cette session pour élire le prochain Bureau du CIGB. Tout d’abord, je tiens à accueillir et à féliciter les nouveaux États membres du CIGB qui ont été élus au cours de cette 39e session de la Conférence générale.Bioethique C’est le lieu de rappeler que le CIGB, en tant qu’organe consultatif de l’UNESCO, chargé d’examiner les avis et recomandations du Comité international de bioéthique, privilégie comme méthode d’examen des problèmes, le consensus proche d’une éthique procédurale de la discussion, entendez un consensus actif, rationnellement motivé et axiologiquement marqué. Sans être procédurier, je voudrais ici rappeler quelques dispositions du Règlement intérieur du CIGB, singulièrement utiles pour la conduite de nos travaux. Conformément au Règlement intérieur du CIGB, les langues de travail de cette session seront l’anglais et le français. En effet, lors de sa 10ème session à Paris, en juin 2017, le CIGB a décidé de suspendre les Articles 12.1 et 12.2 de son Règlement intérieur pour l’élection de son Bureau et a autorisé le Secrétariat à conduire les travaux actuels uniquement en anglais et en français. C’est donc dire que la traduction simultanée sera assurée seulement dans ces deux langues. Je voudrais également attirer l’attention des délégués sur le fait que cette session, essentiellement consacrée à l’élection du prochain Bureau du CIGB, se tient conformément à l’esprit de l’Article 3 du Règlement intérieur du CIGB, qui a été modifié lors de sa 7ème session en Septembre 2011, afin d’organiser l’élection du Bureau dès que possible après l’élection des nouveaux États membres du Comité par la Conférence générale. Puisque nous disposons d’un temps relativement court ce matin, nous allons devoir procéder, sans plus tarder, à l’ouverture de la session de ce jour.
Publié le mardi 21 novembre 2017  |  Université de Bouaké
Publié dans Monde, Société | Laisser un commentaire

COP23 de Bonn: Repenser notre manière de vivre et notre modèle économique.

#ClimateChange. #COP23

#ClimateChange. #COP23

« Il faut repenser notre manière de vivre et notre modèle économique » et donc « passer aux actes »: « c’est le vœu que le Saint-Siège adresse aux participants de la COP23, réunis à Bonn, en Allemagne, depuis le 6 novembre 2017 », explique Radio Vatican en français.

Jusqu’au 17 novembre, les États du monde entier, des scientifiques et des ONG tentent de trouver les moyens d’appliquer l’accord de Paris de 2015, signé à l’issue de la COP21.

Pour le représentant du Saint-Siège à la COP23, le père Bruno-Marie Duffé, secrétaire du Dicastère pour le service du développement humain intégrall’enjeu est de taille, souligne la même source qui ajoute : « Il faut repenser notre manière de vivre et notre modèle économique. Pour cela, l’éducation doit jouer un grand rôle et permettre à chacun d’appréhender les problèmes à résoudre d’une autre manière. Malgré le retrait annoncé des États-Unis de l’accord de Paris, il y a un élan de solidarité entre les nations dont il faut profiter pour que les choses changent vraiment. »

« C’est à cette conversion écologique intégrale que l’Église appelle chacun d’entre nous », insiste Radio Vatican.

L’Église catholique, commente la radio du pape, très « impliquée dans les questions environnementales comme l’a illustré l’encyclique du Pape François Laudato si’ », entend bien « faire entendre encore une fois sa voix pour inciter les États à prendre les mesures concrètes visant à atteindre l’objectif de limiter le réchauffement climatique à deux degrés ».

Source: ZENIT

Publié dans Développement, Environnement, Monde | Laisser un commentaire

Autonomisation des Jeunes : Le ministre ivoirien Sidi Touré encourage les initiatives de l’ONG Vie Communautaire et Développement Durable (VC2D)

Le lundi 06 novembre 2017, le Ministre Sidi Tiémoko Touré a rendu visite à l’ONG Vie Communautaire et Développement Durable (VC2D) située à Yopougon SIDECI au quartier Doukouré.Sidi Touré & Ong V Dvlpt Durable
Créée le 10 janvier 2016, L’ONG Vie Communautaire et Développement Durable (VC2D) après un an d’exercice, impacte son entourage à travers l’éducation, l’assainissement et la protection de l’environnement, la promotion et la formation entrepreneuriale des jeunes et enfin, le renforcement des capacités en matière de gestion des conflits et de plaidoyer.
Elle milite également pour la professionnalisation des associations de base pour qu’elles s’arriment au Conseil National des Jeunes de Côte d’Ivoire (CNJCI), faitière de toutes les organisations et associations de jeunesse.
Elle a été consacrée « Meilleure Association de la Semaine » par la Direction de la Vie Associative et de l’Autonomisation des Jeunes.
« Je salue ce que vous faites. Continuer d’impacter votre communauté à travers des actions concrètes qui vous ont valu cette distinction » a conseillé le Ministre Sidi Tiémoko Touré.
« Le Ministère vous accompagnera dans vos différentes activités pour assurer leur fonctionnement », a-t-il rassuré avant de leur offrir un ordinateur portable.

Publié le jeudi 9 novembre 2017  |  Ministères

Publié dans Développement, Entrepreneuriat, Environnement, L'angle de DD, Société

Les États-Unis et la Côte d’Ivoire signent un Compact de 525 millions de dollars

Le Millennium Challenge Corporation (MCC) du gouvernement des États-Unis et le gouvernement de la République de Côte d’Ivoire ont signé aujourd’hui un Compact de cinq pour un montant de 524.7 millions de dollars afin de stimuler la croissance économique et réduire la pauvreté en Côte d’Ivoire, en favorisant la stabilité régionale et de nouvelles opportunités d’affaires. Le Président de la Côte d’Ivoire, S.E.M. Alassane Ouattara et le PDG par intérim du MCC, Monsieur Jonathan Nash ont rejoint Monsieur John Sullivan, Sous-secrétaire d’Etat américain dans les locaux du Département d’État à Washington, D.C., pour la cérémonie de signature.MCC Signing 1

Le Compact du MCC avec la Côte d’Ivoire est destiné à soutenir la croissance et les investissements privés par le renforcement des capacités de la population active, la réduction des coûts du transport et l’ouverture de nouveaux marchés. Le gouvernement de la Côte d’Ivoire doit apporter une contribution supplémentaire de 22 millions de dollars pour appuyer le programme compact.

« Le partenariat entre la Côte d’Ivoire et le Millenium Challenge Corporation est un investissement pour le futur du peuple ivoirien », a affirmé le Président Alassane Ouattara. « Ensemble, nous pouvons renforcer l’économie afin d’étendre la croissance et les opportunités en Côte d’Ivoire et au-delà. »MCC CIV signing Ouattara

« Le Compact de la Côte d’Ivoire contribue à la stabilité et à la sécurité dans la région, facilite les échanges commerciaux à travers les investissements visant à soutenir de nouveaux marchés de biens et améliore l’éducation des jeunes, » a affirmé Jonathan Nash, PDG du MCC. Le Compact de la Côte d’Ivoire a été conjointement élaboré par le MCC et le gouvernement de la Côte d’Ivoire afin de faire face à deux des plus importantes contraintes à la croissance dans le pays : faible disponibilité des travailleurs qualifiés ; et les défis en matière de transport des biens et des personnes, surtout à Abidjan, la capitale économique.MCC CIV signing Nash

Le Compact intervient alors que la Côte d’Ivoire se remet d’une instabilité politique et d’un déclin économique durant les années 1990 et 2000. Depuis 2012, la stabilité politique a permis à l’économie de se rétablir des années de stagnation, le pays avoisinant une augmentation de 9% de croissance du PIB pendant chacune des cinq dernières années. Malgré ce rétablissement, le pays a toujours des objectifs non réalisés dans la réduction de la pauvreté et reste dépendant d’un nombre limité d’exportations.MCC CIV signing handshake

Environ 40% de la population a moins de 14 ans, et plusieurs jeunes ivoiriens ne terminent pas leurs études secondaires. Afin de satisfaire les besoins du secteur privé en matière d’emploi et de renforcer les capacités de la main d’œuvre, l’investissement du MCC portera en partie sur le développement de l’éducation et des compétences recherchées.

Le projet employabilité et productivité va accroître l’accès à l’éducation et à l’enseignement secondaires, et soutenir la construction de près de 84 nouvelles écoles secondaires. À travers un partenariat public-privé, un nouveau modèle d’éducation et de formation technique permettra le développement des compétences recherchées. Cela permettra également au gouvernement de mitiger les disparités entre hommes et femmes, en améliorant les résultats des filles dans le système éducatif.MCC champagne 1

Les investissements du MCC dans le domaine du transport sont destinés à faciliter les échanges commerciaux, ouvrir de nouveaux marchés de biens et créer de nouvelles opportunités d’affaires. Le projet de transport d’Abidjan réduira le coût du transport et améliorera l’efficacité des entreprises par la réhabilitation des routes à l’intérieur et autour de la zone portuaire ainsi que l’amélioration de la gestion et de l’entretien des routes.

Processus conduisant au partenariat avec le MCC

Après avoir satisfait à cinq des 20 indicateurs politiques en 2013, le gouvernement de la Côte d’Ivoire a adopté le tableau de bord du MCC comme feuille de route pour les réformes et mis en place un comité interministériel pour élaborer et mettre en œuvre ces réformes. Après que la Côte d’Ivoire a passé le tableau de bord du MCC en 2015, le Conseil d’administration du MCC a sélectionné le pays comme éligible au développement d’un Compact. Les efforts concertés du pays démontrent l’impact que le modèle et le tableau de bord du MCC ont dans le changement de politiques dans le monde même avant qu’un dollar du contribuable ne soit dépensé. C’est ce qu’on appelle souvent « l’effet MCC ».

Source: Ambassade des Etats-Unis d’Amérique en Cote d’Ivoire

Publié dans Développement, Economie, Société

Relations Etats-Unis et Côte d’Ivoire: Conférence annuelle des anciens bénéficiaires des programmes d’échanges du gouvernement américain

« Les anciens bénéficiaires des programmes d’échanges du gouvernement américain constituent le maillon essentiel de nos relations avec la Côte d’Ivoire, » a déclaré le Chargé d’Affaires de l’Ambassade des Etats-Unis, Mme Katherine Brucker, à l’ouverture ce mercredi 8 novembre 2017 de ‘Festiv’Idées 2017’, la conférence annuelle qui rassemble tous les anciens boursiers ivoiriens, connus également sous le nom de ‘Alumni’.FestivIdees Photo de famille cropped

Plus de 200 bénéficiaires et anciens boursiers ivoiriens qui ont été aux Etats-Unis ou ont bénéficié des programmes éducationnels financés par le gouvernement américain prennent part à cette conférence qui se déroule du 8 au 9 novembre 2017 à Abidjan. Ils s’agit du programme Fulbright et Humphrey ; le Young African Leadership Initiative (YALI), le Mandela Washington Fellowship, le programme des Visiteurs Internationaux (IVLP) ; le Community College Initiative Program (CCIP) ; le programme Study of U.S. Institutes (SUSI), et bien d’autres.

La Côte d’Ivoire compte plus d’un millier d’anciens boursiers des Etats-Unis, y compris le Vice-président Daniel Kablan Duncan ; Mme Raymonde Goudou Coffie, Ministre de la Santé et de l’Hygiène Publique; Mme Kaba Nialé, Ministre du Plan; et Mme Massara Touré, le Vice Gouverneur du District de Yamoussoukro. Mme Touré a présenté le discours d’ouverture. Les Etats-Unis accueillent entre 50 à 100 candidats dans le cadre des programmes d’échanges ; et plus de 1300 étudiants, dont la plupart viennent de l’Afrique Francophone, étudient aux Etats-Unis.

« La mission de l’Ambassade des Etats-Unis ici portant notamment sur: la promotion de la bonne gouvernance et la transparence, l’encouragement d’une croissance économique inclusive, l’appui à la réforme du secteur de la sécurité, et l’amélioration du système de santé en Côte d’Ivoire, se renforce davantage grâce à des partenariats avec des gens comme vous qui nous connaissent et qui nous font confiance, » a déclaré Mme Brucker.

Mme Brucker a encouragé les ‘Alumni’ à être des artisans du changement dans les domaines de la gestion publique, de l’entrepreneuriat, de la société civile et de l’enseignement supérieur. La conférence de cette année sera marquée par des panels qui seront animées par les anciens boursiers et porteront essentiellement sur des thèmes tels que : l’apprentissage de l’Anglais, la promotion de l’entrepreneuriat, l’autonomisation de la femme, l’engagement civique, la promotion de la bonne gouvernance, la santé et les droits de l’homme.

Source: Ambassade des Etats-Unis d’Amérique en Cote d’Ivoire

Publié dans Bonne Gouvernance, Développement, Economie, Entrepreneuriat, Femmes, L'angle de DD, Santé, Société, Société Civile

Rencontres Sectorielles : le Comité de Concertation annonce la restitution des travaux dédiés au secteur de l’Agriculture

Le Secrétariat Exécutif du Comité de Concertation État / Secteur Privé (CCESP) en collaboration avec le ministère de l’Agriculture et du Développement rural et la co-présidence du ministre de l’Economie et des Finances, organisent le 25 octobre prochain, la cérémonie de restitution des travaux dédiés au secteur de l’Agriculture.
Cette rencontre sectorielle qui se tiendra au Sofitel Abidjan Hôtel Ivoire s’articulera autour du thème «Dialogue Public-Privé constructif pour un secteur agricole performant».Min Sangafowa Coulibaly
Cette tribune d’échanges vise à renforcer le dialogue public-privé autour de la politique et des initiatives de développement du secteur agricole afin de susciter l’implication des parties prenantes dans leur mise en œuvre et améliorer la compétitivité du secteur.En effet, pour contribuer largement à l’atteinte des Objectifs de développement durable (ODD), les chefs d’État africains se sont engagés en 2003 à Maputo, à travers le Programme détaillé de l’Agriculture Africaine (PDDAA), à prioriser le secteur agricole, en accordant 10% de leur budget et ce, en vue de faire face aux nombreux défis de l’agriculture africaine.

Conformément à cet accord de Maputo et au Programme régional d’investissement, la Côte d’Ivoire a défini un Programme National d’Investissement Agricole (PNIA) couvrant la période 2012-2016.

Après quatre années de mise en œuvre, le PNIA a enregistré un résultat satisfaisant qui a nécessité le PNIA 2 qui court jusqu’en 2020 et dont le processus de formulation implique une approche inclusive de tous les ministères techniques et de tous les acteurs privés du monde agricole afin de relever les défis à venir et améliorer durablement la compétitivité de ce secteur.

C’est au regard de cet enjeu important que le Secrétariat exécutif du CCESP, dans le cadre de sa mission principale de gestion du Dialogue Public-Privé en Côte d’Ivoire, a dédié la quatrième édition de sa tribune d’échanges dénommée les «Rencontres Sectorielles», au secteur agricole.

Dans le cadre des travaux préparatoires de cette activité, un comité scientifique a été mis en place en vue d’examiner mais surtout, de proposer des solutions aux préoccupations collectées auprès des acteurs privés du secteur agricole.

Les travaux de cette tribune d’échanges ont effectivement débuté le 6 juin dernier. Il aura fallu un peu plus de quatre mois d’intenses activités qui ont porté sur les travaux préparatoires pour l’élaboration de la matrice des préoccupations, la mise en place d’un comité scientifique afin d’aboutir à l’organisation de la rencontre plénière de restitution prévu pour le 25 octobre prochain. La dernière étape de ces rencontres sectorielle portera sur la mise en place de groupes de travail pour le suivi de la mise en œuvre des recommandations.

Source: Le Secrétariat Exécutif du Comité de Concertation État / Secteur Privé (CCESP)
Publié dans Agriculture, Economie, L'angle de DD